...
 
La jalousie fait plus de ravage que l'amour ft Dydy

Partagez | .
avatar
Camden J. Akela
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mon pseudo : Coconught
► Mes messages : 8
► Mon collier d'hibiscus : 1380
► Ma date d'inscription : 13/08/2018
► Mon métier : Futur chef d'un gang de biker, mais tout le monde est persuadé que je suis comptable
le petit mot doux de Camden J. Akela qui boit son thé le Mar 14 Aoû - 20:02 ► réponds-lui !


Camden & Dylan- La jalousie fait plus de ravage que l'amour « Ok, les mecs. Fin de la réunion. On ouvre les yeux et on va se reposer. » Ils venaient d’achever leur réunion hebdomadaire. Autour du jeune Camden, des soulagements se faisaient entendre. Les Reapers étaient à bout. Entre la guerre des clans, les gang qui se croyaient tout permis et les problèmes habituels, tout le monde était à cran. Pour notre jeune Biker, un problème de plus lui trottait dans la tête. Une brunette. Il savait maintenant qu’elle ne parlerait pas. Cela faisait déjà plus d’une semaine que son stupide de cousin les avait interrompu dans ce qui aurait pu être la meilleure partie de jambes en l’air de leur vie. Il mentirait s’il disait qu’il n’avait pas pensé une seule fois à elle, ou qu’il n’avait pas voulu l’appeler. Il aurait pu. Ils en étaient arrivés à la conclusion qu’il ne lui ferait jamais de mal, et qu’il existait une attirance sexuelle entre les deux. Une attirance dont il n’avait même pas pu profiter. Il avait passé la semaine à essayer de calmer le feu qu’elle avait fait naître en lui. Disons que pour faire simple, plusieurs jolies culs avaient partagé son lit. Mais, il était encore… Comme en dire… Sur sa faim. A chaque fois, qu’il fermait les yeux, il repensait à son corps. Sa poitrine si généreuse, dont il rêvait de prendre de nouveau la pointe dans sa bouche, pour l’entendre gémir. Sa bouche pulpeuse, qui lui faisait perdre le contrôle. Je ne vous parle même pas de son goût fruité. Putain, il ne savait même pas quel goût, elle avait lorsqu’elle se laissait aller à la jouissance. A la place, son imagination avait fait tout le travail. Nue. Dans sa chambre. Sur sa bécane. Pour faire simple, cinquante nuances de Grey pouvait retourner se coucher. Il n’y avait qu’une seule solution pour passer à autre chose. Se la faire. Et sans interruption. Il aurait pu l’appeler, elle lui appartenait corps et âme, mais il n’était pas sûr qu’elle répondrait. Il fallait qu’il lui tende une embuscade. Qu’il la croise par hasard. Qu’il la plaque contre un mur. Sans qu’elle puisse s’enfuir. D’accord, c’était pas un super plan mais il n’avait rien trouvé de mieux. Cependant, vu l’humeur exécrable qu’il avait, il fallait vraiment qu’il règle cette histoire et passe à autre chose. Pour son club. Mais surtout pour son entre-jambe. « Mec, on va au club de Kessy. Tu viens ? » Entre passer une soirée seule à s’imaginer tout ce qu’il pourrait faire à Dylan, avant de la relâcher dans la nature et passer à autre chose. Et aller au club de Kessy sur la plage, pour se trouver une fille. Il n’y avait pas photo.
La nuit était tombée depuis longtemps lorsque les trois bikers arrivèrent au club. Ils avaient l’habitude de venir ici. Le patron quoiqu’un peu perdu et mort de l’intérieur, était un ami et un mec sans prise de tête. Il les laissait boire, draguer et faire la fête. Que demander de plus. Le patron leur avait déjà laissé une banquette, où ils s’installèrent avant de commander à boire. « Ce soir, il faut qu’on trouve une super bombe pour qu’El tio arrête de faire la gueule. Mec sérieux, tu tires une tête, on dirait qu’on t’a volé ta bécane. » Ses deux acolytes se mirent à rire. Très poétique, il leur fit un doigt d’honneur. On lui avait pas pris sa bécane, mais lorsque cet abruti avait interrompu leur petit soirée, c’était comme si Dylan était partie avec ses cojones. Et il était temps qu’il les récupère et vite. « Mec, tu sais que tu peux tout nous dire ? Mais quelque chose me dit que t’as besoin de t’éclater. » Et avant qu’il puisse dire quoique ce soir, son ami avait déjà réussi à ramener trois filles. Il les reconnut. Des jolies-culs qui venaient souvent à leur fête sauterie. Mouai. C’était pas en faisant dans ses vielles armoires qu’il allait pouvoir se sortir Dylan de la tête. Mais, il n’avait rien de mieux pour l’instant. Et puis, la jolie rousse avait déjà trouvé une place de choix sur ses genoux. Passant ses bras autour du cou du jeune homme. Il fallait qu’il se détende. « Tu viens danser avec moi, Cam. » Avant qu’il puisse dire non, ou s’échapper, il était déjà sur la piste de danse. En y réfléchissant, rêver de Dylan était peut-être mieux que de danser avec une femme qui ne lui faisait ni chaud ni froid. Il faisait rarement dans le recyclage. Elle colla son derrière contre son entre-jambe. Elle voulait l’exciter, et elle aurait réussi, s’il n’avait pas la tête ailleurs. S’il ne pensait pas à… Oh bordel. Qu’est-ce qu’elle foutait là ? Dylan. Il la vit. De l’autre côté. En train de parler à un mec. C’est une blague ? Attendez depuis quand il était jaloux ? Il se mit une claque mental. Il fallait vraiment qu’il se calme. Il avait une jolie fille entre les bras, autant en profiter. Elle profitait bien elle. Cette fois, il se mit à danser contre la jolie rousse. Venant déposer un baiser dans son cou. Sans qu’il puisse se contrôler, son regard retournait directement vers l’autre bout du club.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dylan Anderson
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mon pseudo : ely.
► Mes messages : 19
► Mon collier d'hibiscus : 1665
► Ma date d'inscription : 09/08/2018
► Mon métier : Gérante d'une boutique de prêt-à-porter.
le petit mot doux de Dylan Anderson qui boit son thé le Ven 17 Aoû - 21:04 ► réponds-lui !


Camden & Dylan- La jalousie fait plus de ravage que l'amour
« Dy ! Ce soir on sort danser et t'as pas le choix tu viens avec nous ! On passe te chercher pour vingt-heure, on se fait un restau avant. Alors prépare toi, sors tes jumeaux la et soit prête à l'heure ! » Voilà le message que je venais de recevoir de la part d'une de mes meilleures amies. Il faut dire qu'elle a raison, depuis plusieurs jours mon esprit n'était plus à la fête. Ou du moins, d'autres pensées sont venues l'embrumer. Depuis une semaine, je me pose la même question ; "Qu'est-ce qui se serait passé ce soir là si mon cousin n'était pas intervenu ?" Je parle bien sûr du soir ou Camden, l'homme à qui j'avais donné mon corps et mon âme pour sauver la vie de mon cousin m'avait demandé de le rejoindre chez lui. Après que j'ai passé une bonne partie de la soirée à être écœuré, trouvant son comportement obscène. A plusieurs reprise, je lui avais demandé de profiter de mon corps pour que ce moment passe plus vite, même si j'étais loin de désirer cela. Je voulais juste pouvoir rentrer chez moi plus tôt que de rester la à sentir son regard lubrique sur mon corps. Finalement, au fur et à mesure de la soirée et de notre conversation, j'avais finis par comprendre le personnage, j'avais finis par lui faire arrêter son petit jeu de biker monstrueux pour finir par découvrir un homme plus attentionné que je ne le pensais avec les femmes. Camden avait avoué qu'il ne serait pas capable de faire de mal à une femme et que de jouer ce petit jeu avec moi l’écœuré, de savoir que je le pensais capable de telles horreurs le dégouttait. Finalement, le désir mélangé à la compassion m'avait fait cédé à la tentation. Il m'avait allongé sur le canapé du salon, lui sur moi...tout était parfait. Quelque chose se passait, il y avait cette alchimie et ce frisson que je ressentais à chacune de ses caresses et que je ressens encore lorsque je pense à ce moment passé avec lui, mais c'est à ce moment la que mon abrutit de cousin avait tout gâché en débarquant avec un flingue menaçant Camden de le tuer si il ne me lâchait pas. Cet idiot c'est retrouvé con quand il a remarqué que je ne courrais aucun danger et qu'au contraire je prenais du plaisirs, la tête du biker dirigée entre mes jambes. Il avait quand même gâché le moment. Difficile de reprendre après cette intervention et même ! Il fallait que je le fasse sortir pour éviter le pire. Au final, j'avais appris que son arme était une fausse, il avait juste envie de lui faire peur. Je m'en doutais, cet idiot n'a pas assez de couille pour tenir un vrai flingue. Encore au jour d'aujourd'hui, je suis furieuse contre lui. Il essaie de m’appeler au moins dix fois par jour pour tenter de s'excuser. Tout était parfait avant qu'il ne gâche tout. Je ne lui ai pas pardonné et je ne lui pardonnerais certainement jamais de m'avoir mise dans cette histoire. Au final, je n'avais même pas pu aller au bout de cette soirée avec Camden et cela n'arrivera peut-être plus jamais.

C'est donc après m'avoir mise une grosse claque mentalement pour me lever du canapé et me booster que je décide de me diriger vers la salle de bain pour prendre une bonne douche afin de bien commencer la métamorphose du survet' de sport à la robe de soirée sexy. D'ailleurs, pour l'occasion j'avais décidé de porter une magnifique robe très courte de couleur bleu, avec un large décolleté à l'avant, laissant apercevoir ma poitrine. La tenue idéale pour sortir et espérer ne pas rentrer seule. Oui, car ce soir j'ai l'intention de suivre le conseil de mes amis. Je ne vais pas passer mon temps à ruminer dans mon coins en me demandant ce qu'aurait pu être ma nuit avec le biker. Je n'ai plus de nouvelle de sa part, c'est certainement parce qu'il a du passer à autre chose, comme le fait souvent ce genre de type et comme il me l'avait si bien dit lorsque nous étions dans son appartement. De plus, je ne suis pas ce genre de fille à supplier ou à courir après un homme. Si Camden veut me voir, il a mon numéro, il a qu'à me contacter.

Après le restaurant, comme convenu nous nous rendons dans un club branché de Honolulu que nous avons l'habitude de fréquenter. La soirée s'annonçait plutôt agréable. Il y avait pas mal de monde déjà sur la piste de danse. Nous nous installons à une table et rapidement nous prenons d'assauts la piste de danse entre filles. Il ne fallut pas moins de vingt minutes pour qu'un homme vint se frotter à moi. Le genre de comportement que je déteste en général, mais lorsque je me suis retourné pour voir à quoi il ressemblait, je dois dire que la surprise fut bonne. Nous dansons donc collé serré pendant plusieurs minutes alors que ses mains se baladent sur mon corps. Finalement, il me propose de m'offrir un verre au bar. Nous nous dirigeons vers celui-ci afin de faire un peu plus connaissance. Il s'assoit et je reste à côté de lui debout pour être à sa hauteur. Nous buvons, nous discutons et surtout nous rions. Ce type est vraiment drôle. Au final c'était une bonne chose de sortir ce soir ! Lorsque la discussions commence à tourner vers quelques choses de plus hot, je lui chuchote dans le creux de l'oreille ce que j'imagine qu'il va se passer ce soir avant qu'il ne dépose sa main sur mes fesses. Je manque de tomber au moment ou il m'attire vers lui et me rattrape donc en le tenant avant qu'il ne se montre entreprenant et tente de m'embrasser. Je sens sa main se glisser légèrement sur ma cuisse pour se glisser sous le tissus de ma robe...




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Camden J. Akela
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mon pseudo : Coconught
► Mes messages : 8
► Mon collier d'hibiscus : 1380
► Ma date d'inscription : 13/08/2018
► Mon métier : Futur chef d'un gang de biker, mais tout le monde est persuadé que je suis comptable
le petit mot doux de Camden J. Akela qui boit son thé le Sam 18 Aoû - 14:18 ► réponds-lui !


Camden & Dylan- La jalousie fait plus de ravage que l'amour C’était vraiment pas son truc de faire dans le recyclage. Il ne savait même pas comment, elle s’appelait. Carla. Clara. Carlita. Qu’est-ce qu’il s’en foutait au fond ? Elle était un jolie-cul. Ce soir, elle était peut-être dans ses bras, mais à la prochaine soirée du club, elle serait dans les bras d’un autre biker. Ce genre de fille cherchait juste le grand frisson. Se sentir, vivante dans les bras d’un homme dominateur, exigeant et protecteur. En plus, il détestait les rousses. Les blondes, il adorait. Les brunes, il était capable de les épouser tellement, certaines lui faisaient de l’effet. Ce soir, il n’avait même pas eu l’intention de se la faire, juste la faire danser. Pour qu’elle soit contente. Puis l’envoyer dans les bras d’un autre frère. Deux femmes pour un biker, il aurait été content. Ouai, avant que son regard ne se pose sur l’objet de sa convoitise, il était décidé à aller directement chez elle. Sentir le grand frisson. Diminuer ce désir qui avait pris possession du haut de ses cuisses. Puis enfin passer à autre chose. Mais bim, le destin avait décidé autrement. Et elle était là. Dans une robe vert. Ou peut-être bleu. Il faisait sombre et puis la robe n’importait pas. C’était le corps en dessous qui avait de l’importance. Mais, elle n’était pas seule. Elle avait plongé sa langue dans le bouche d’un autre. Les mains de ce mec s’étaient glissées sous sa robe. Exactement, là, où il aurait voulu que ses propres mains se posent. Putain, quel salopard. Attendez une minute. Pourquoi, il avait une envie de meurtre ? Elle n’était pas sa régulière. Elle ne lui appartenait pas… Enfin, si elle lui appartenait. D’accord, elle ne parlerait pas, mais elle s’était offerte. Corps et âme. C’étaient ses mots. Il n’avait pas rompu leur accord. Il n’avait même pas encore profiter de leur accord. Donc, elle lui appartenait. Alors qu’il dansait avec la jeune femme, ses yeux se relevèrent pour les regarder. Il avait l’impression que la main de cet enfoiré s’était encore remonté. Putain, c’était trop. Il se recula pour laisser la jolie rousse. « Bébé. Tu veux bien m’attendre avec les autres, je vais nous chercher à boire. » La rousse se mit à glousser et déposa un baiser au creux de ses lèvres. Avant de  partir, dandinant son magnifique derrière. Le couple était de profil. Il ne voyait rien d’ici, mais soudain, ils se retournèrent et l’homme lui tourna le dos. Tiens. Tiens. Tiens. Comme c’est intéressant. Un blouson de motard en cuire. Avec l’emblème des Reapers, mais sans nom. Un aspirant. Mettons pause trente secondes. Si l’homme portait un blouson sans nom, c’est qu’il n’était pas encore un membre à part entière. Il fallait qu’il fasse ses preuves pendant deux ans, puis il avait le droit à une cérémonie dans les règles avant de recevoir un surnom et donc son nom sur son blouson. Exactement comme celui de Camden. Un tête de mort avec le nom « El Tio ». Du coup revenons à nos moutons. A ce con qui avait l’objet de ses convoitises entre les mains. Il n’était qu’un aspirant. En conséquence, si Camden lui donnait un ordre, il devait obéir sans réfléchir. L’allégence et le respect de la hiérarchie. Le vent tournait à son avantage. Il ne serait pas obligé de faire une scène. De frapper cet enfoiré. Un sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu’il s’avança vers eux. Plus, il se rapprochait plus il reconnaissait l’homme. Jason. Jake. Jeke, c’était ça. Un petit nouveau d’à peine un mois. Encore plus facile que prévu. Arrivé à sa hauteur, il lui mit une claque amical dans le dos. Si au début, son aspirant se retourna près à lui mettre un pain, lorsqu’il reconnut un de ses supérieurs, il se recula de la jeune femme comme si elle avait la peste. Au moins, il ne la touchait plus. Bon début. Le problème, c’est que maintenant, il était assez prêt pour voir la robe, enfin si on pouvait appeler ça une robe de Dylan. Bordel, il n’avait qu’à tirer un peu pour voir la pointe de ses seins. A se pencher un peu, pour les aspirer entre ses lèvres et la faire pousser un gémissement. Merde. Voilà qu’il se sentait de nouveau très serré dans son pantalon. Son regard ne quittait plus celui de la jeune femme qui paraissait très en colère. Bonne nouvelle, une femme en colère, c’est plus excitant. « Alors, Jeke, on te fait honte pour pas que tu viens boire un verre avec tes frères. » dit-il en désignant le reste de la bande derrière lui. Sans quitter Dylan des yeux. « Je suis désolé, Camden, je t’avais pas vu. j’ai… euh… pas du tout honte. J’arrive tout de suite. » Puis, il alla se tourner vers Dylan pour l’inviter à venir. Pour reporter leur petit amourette. Même pas en rêve. D’un geste brusque, Camden lui posa une main sur le bras et le regarda enfin dans les yeux. « Ne t’inquiète pas, je m’occupe de la jeune femme. Va t’asseoir avec les autres. Le jolie-cul que tu vois est rien que pour toi. » dit-il en reportant son regard dans celui de Dylan. De plus en plus en colère. Ce qui le fit sourire. Un ordre direct. L’aspirant s’excusa et s’en alla. Sans rien dire. Bordel, il allait aimer être le chef du club. Il se rapprocha de Dylan. Sans la toucher. Juste assez prêt pour que la chaleur de son corps couvre celle de la jeune femme. « Et moi qui pensas que j’étais le seul biker dans ton lit. Je suis vraiment déçu. » Il se pencha un peu plus vers elle. Comme s’il allait l’embrasser. Et c’est ce qu’il aurait rêvé faire. Goûter de nouveau, ses lèvres. Oh mon dieu, il voulait goûter tout le reste. Ils auraient été au club. Il ne se serait pas gêné pour la prendre là, sur le bar. Devant tout le monde. De toute façon, on partageait tout dans ce club pendant les fêtes… ou plutôt devrais-je dire les orgies. Il allait l’embrasser, lorsqu’au dernier moment, il tendit son bras pour récupérer le verre de la jeune sur le bar et le porta à ses lèvres. Mouai de l’alcool de femme. Il reposa le verre et cette fois, il posa sa main sous le menton pour l’obliger à le regarder. Comme il l’avait fait, la dernière fois. « Dois-je te rappeler que tu m’appartiens corps et âme. » Ils étaient tellement prêt l’un de l’autre, que personne ne pouvait voir ce qu’ils se passaient entre eux. Personne ne pouvait voir que la main libre de Camden venait de passer dans le decolleté de la jeune femme. Bordel. Il adorait cette robe. Sa main attrapa le bout de chair de son sein. « Si tu me dis que ce mec, te fais autant d’effet que moi, je vais être obligé de te faire jouir sur ce bar. Pour te prouver les contraire. » Puis, il se pencha et déposa un baiser sur son front. La torturer. « Mais, toi et moi, on sait très bien qu’il ne te fait pas mouiller comme moi. » Puis, d’un seul coup, il recula d’un pas. Laissant un espace entre lui et elle. Un énorme espace. Un vide. Cette fille était un vrai danger pour lui, et pourtant, il aimait ça. « Je t’appelle, bientôt. » dit-il en lui faisant un clin d’oeil. Un vrai connard. Mais, il aimait la voir en colère.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
You light my morning sky with burning love
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui boit son thé le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Il fait du brouillard...
» QUI FAIT LA 4L TROPHY ?
» Ravage
» Fait diver balo mais telment drole
» Livres RFID fait maison