...
 
La prisonnière au regard de biche ft Isaïah

Partagez | .
avatar
Fabio S. Montgomery
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mon pseudo : Twixie
► Mes messages : 20
► Mon collier d'hibiscus : 1632
► Ma date d'inscription : 28/07/2018
► Mon métier : Flic déchu, je suis aujourd'hui tueur à gage pour un gang
le petit mot doux de Fabio S. Montgomery qui boit son thé le Mar 14 Aoû - 15:47 ► réponds-lui !


Isaïah & Fabio-La prisonnière au regard de biche Putain qu’est-ce qu’il avait encore foutu ce con ? Il enchaînait les conneries en ce moment. Déjà accepter, un contrat où il devait tuer sa propre demi-sœur. Bon d’abord, il ignorait qu’il devait buter une femme et encore plus que c’était sa sœur. Son chef l’avait piégé. Tout le monde savait qu’il ne touchait pas aux femmes et aux enfants. Il avait beau être passé du côté obscure de la force, il avait une conscience. Dans le gang, chacun avait un travail. Le trafic d’arme. La drogue. La Prostitution. Lui, il restait très loin de ce dernier point. Il avait déjà dû mal à reconnaître l’homme dans le miroir alors imaginez, s’il s’en prenait à une femme. Mais, là, il était vraiment vraiment dans la merde. Il venait de kidnapper une femme. La pauvre, elle n’avait rien pu faire. Un coup de chloroforme et c’était fini. Le pire, dans cette histoire, c’est qu’il n’avait rien trouvé de mieux que de l’emmener chez lui, et de l’enfermer dans sa chambre. Putain. Quel con. Il ferma la porte à clé et se dirigea vers sa cuisine pour prendre une bière. Il allait avoir besoin d’alcool. Et pour gérer la femme qui n’allait pas tarder à se réveiller et pour savoir comment, il s’était fourré dans ce merdier. En fait, c’était simple. lorsqu’il avait refusé de tuer sa demi-sœur, et avait demandé à ce qu’elle soit protégée par le gang Hawaïen. Il avait fait un pacte avec le diable. Un service pour un service. Sa sœur avait des alliés face aux russes, mais lui, il était dans la merde. Il n’avait pas fallu deux jours avant qu’on vienne lui demander un service. Sa mission était simple. Trouver une vierge pour le fils du big boss.    Il n’avait même pas osé imaginer ce que ce tarer allait lui faire. Il était devenu tellement détestable, qu’il était prêt à échanger la vie de sa sœur, contre une pauvre fille qui n’avait rien connu de la vie. Qui allait sans doute être une des nombreuses femmes d’un pauvre abruti. Ouai, il était devenu ce genre de mec. Il prit la bière dans le frigo, la décapsula et porta le liquide à sa bouche. Il avait besoin de ça. De sentir, l’alcool. Pour lui donner du courage. « C’est pour ta sœur. » se disait-il pour se convaincre. Il s’adossa contre le frigo et se mit à repenser à cette histoire. Il avait mis une semaine à trouver une fille. A croire que sur cette île, toutes les filles sont des chaudasses. Puis, il avait fini par la trouver.  Ce fut un coup de chance. Ce soir-là, dans le bar, elle discutait avec une de ses amies et il l’avait entendu parler. Elle avait juste été là. La pauvre, elle ne connaîtrait jamais un homme doux qui lui prendrait ce qu’elle avait de plus chère. Elle ne connaîtrait qu’un pauvre con qui aimait faire souffrir les femmes. Enfin, il supposait, il ne connaissait rien de ce fils. Si ça se trouve, il était tellement moche qu’il avait besoin qu’on lui trouve une femme. Bref. Il avait dragué un peu cette fille. Gentiment. Il l’avait invité à continuer la soirée plus loin, et bim, il l’avait kidnappé. Merde. Sérieusement, comment, il allait pouvoir se regarder dans la glace. Cette fille était magnifique. Un corps de rêve. Il avait même douté à un moment, qu’elle soit vraiment pure. Ils n’étaient pas si différents. Elle n’avait jamais goûté le plaisir de la jouissance et lui, n’y avait plus goûté depuis sa fiancée. Peut-être qu’il pourrait la relâcher. Tout quitter de nouveau. Tout recommencer. Le problème, c’est que sa sœur ne serait plus en sécurité. Il devait le faire. Il finit sa bière et remonta. Autant, la réveiller et lui expliquer. Il avait beau être un con, il n’allait pas la livrer sans tout lui dire. Il entra et verrouilla la porte derrière lui. Bordel, elle était si belle. Là allongée dans son lit. Peut-être qu’il pouvait là laisser dans les rêves encore un moment ? Il se dirigea vers elle et remonta son bled pour la couvrir. Caressant son corps sans le vouloir. "Je suis désolé"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaïah N. Chenoe
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mon pseudo : Kitty
► Mes messages : 31
► Mon collier d'hibiscus : 1893
► Ma date d'inscription : 31/07/2018
► Mon métier : misteretbouledegomme
le petit mot doux de Isaïah N. Chenoe qui boit son thé le Mar 14 Aoû - 20:04 ► réponds-lui !



la prisonnière au regard de biche

Sans même que je m'en rende compte, j'enchaîne un verre, deux verres, puis trois et quatre. Le barman est plutôt sexy et je joue un peu de mes charmes pour avoir des verres à l'oeil et puis il faut dire que je suis ici tous les soirs depuis une semaine, alors il ne peux pas me refuser quelques verres.

Je suis dans cet état depuis le week-end passé. Je  ne m'estime pas comme la plus chanceuses des filles, mais je ne pensais pas que j'étais aussi peu attractive. J'avais voué ma vie entière à ceux qui m'avaient donné la vie, car j'étais une femme et non pas un homme. Je n'étais pas l'héritier qu'ils souhaitaient, juste un trophée à pavaner auprès de leurs amis et connaissances. Toute ma vie, j'ai été balloté comme un objet, un objet de grande valeur cette, mais je n'avais jamais mon mot à dire. On m'avait même promise au fils d'une famille riche et qui permettrait aux affaires de mes parents de prendre un autre tournant. Lorsque je l'avais rencontré, ma vie avait un peu changé. Je me sentais plus libre de mes mouvements, de mes pensées, plus désirable et surtout plus considérée comme une personne, mais encore une fois je m'étais trompée. Alors que ça devait être l'un des plus beaux jours de ma vie, cela a juste été épouvantable. J'ai épousé un menteur narcissique et je l'ai trouvé au lit avec l'un de mes demoiselles d'honneur. Une fille que je ne connaissais pas bien, mais qui m'avaient été imposées encore une fois. Je ne saurai jamais expliqué ce qu'il s'est passé, mais une rage s'est emparé de moi et j'avais es envies de meurtre. J'ai tout quitter, famille, mari pour me retrouver sans réel domicile, simplement avec la carte de crédit de celui qui m'avait fait croire à la liberté et qui a tout simplement appliqué les mêmes vices que nos parents.

Ce récit voilà une semaine que je le raconte à qui veut bien l'entendre, au début je pleurais de désespoir, de lamentation, tellement j'avais honte qu'on m'ait dicté ma vie ainsi. Aujourd'hui c'est de la colère qui s'est emparé de moi. C'est toute la rébellion que j'ai dû canaliser en moi toute ces années qui sont petit à petit en train de refaire surface.

Sans même que je m’en rende compte, je finis la soirée avec un homme plutôt beau à regarder aux antipodes de celui que j’ai épousé il y a quelques jours encore. Je ne me rappelle plus vraiment de la tournure des choses. C’est une caresse qui vient me réveiller? Oui je crois que c’est bien ça je me réveille, comme si je m’étais endormie il y a bien des heures...je ne comprends pas vraiment ce qu’il m’arrive...quoique c’est un peu l’état dans lequel je me suis retrouvée ces derniers jours. Un des effets de n’avoir jamais bu de l’alcool de sa vie… J’entre ouvre les yeux difficilement, pour enfin constater que je suis dans un lit que je ne connais pas et que je suis à moitié nue à peine recouverte d’un plaid et de ma crinière. J’essaie de me redresser mais ça fait un mal de fou à tel point qu’une grimace se dessine sur mon visage. Je me demande si je suis enfin passer à l’action et que ceci explique mon état. Je jette un coup d’oeil aux draps, mais aucune trace de sang...à moins que tout ce qu’il se dit là dessus soit faux également?  “...qu’est-ce que..?” Je n’arrives pas à terminer ma phrase, j’aimerai me redresser, mais impossible, mon corps est trop lourd. L’homme qui m'avait accosté plutôt me dit tout simplement qu’il est désolé, mais désolé de quoi? D’avoir abusé de moi? De m’avoir ôté ma virginité? Je n’ai plus aucun souvenir et je ne sais plus quoi croire et surtout pas quoi penser. “..désolé mais... pourquoi?” Je penche ma tête et plonge mes yeux dans les siens. J’arrive finalement à me redresser pour laisser dévoiler mes épaules dénudés et les bretelles de la petite robe que j’avais tomber sur ma poitrine. Je colle mes genoux contre mon torse ou plutôt ma poitrine et le regard innocemment sans vraiment comprendre ce qu’il vient de m’arriver.  

(c) Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» la biche du Cerf
» Dans son regard absent et son iris absinthe...
» Biche Royale
» Puribonds, détournez votre regard
» Les gibiers