...
 
Confidence pour confidence (Ariel)

Partagez | .
avatar
Moana Turner
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mon pseudo : maddy
► Mes messages : 55
► Mon collier d'hibiscus : 2154
► Ma date d'inscription : 29/07/2018
► Mon métier : Serveuse
le petit mot doux de Moana Turner qui boit son thé le Mer 1 Aoû - 21:53 ► réponds-lui !


Moana & Ariel -



Mon retour à Hawaï ne c'était pas si bien passé que cela en fin de compte. Déjà pendant ma fuite je n'avais pas arrêté de stresser tout le long, heureusement que j'avais eu Lucian auprès de moi pour me rassurer et surtout me calmer pendant ce long voyage. Il avait su trouver les mots alors qu'à nos début je ne le supportait pas. Mais maintenant j'avais découvert sa vrai personnalité. C'était bien de pouvoir faire confiance à quelqu'un qui puisse nous comprendre et nous soutenir dans cette épreuve. C'est surtout grâce à lui et Ariel que j'avais pu m'enfuir comme ça. Lucian avait préféré prendre ses distances pour ne pas qu'on nous retrouve tout de suite, il voulait fausser les pistes ce qui ne me rassurait pas du tout, j'avais peur qu'il lui arrive quoi ce soit et c'était le seul avec Ariel en qui j'avais confiance. Une fois arrivée ici, Ariel était venu me chercher en me faisant visité Hawaï, je n'avais plus beaucoup de souvenirs d'ici depuis que j'étais partis lorsque j'avais 6 ans. Donc normal que je trouve que tout était nouveau, mais j'étais tellement heureuse. Moi qui aimais le soleil, la bonne humeur et la joie, je retrouvais tout ici, alors qu'en Russie c'était totalement l'inverse. Pendant de nombreuses années j'avais vécu dans le noir, le froid et la violence surtout, un monde qui ne me ressemble pas du tout et j'ai tout fait pour ne pas rentrer dans ce genre de monde. Et pourtant mon beau-père à tout fait pour que je devienne comme lui, mais il en était hors de question et j'ai gardé mon mental d'acier qui m'a permis de tenir. Et maintenant je suis de retour ici, je suis tellement heureuse et en plus je ne suis pas toute seule, j'ai Ariel auprès de moi là pour me soutenir et me dire qu'à partir de maintenant j'avais le droit de vivre ma vie et être heureuse surtout. Enfin il y a quelques jours ça c'était vraiment mal déroulé.Elle m'avait invité au mariage de son frère, j'étais heureuse de pouvoir l'accompagner et voir du monde et surtout de faire la fête, j'avais besoin de me vider la tête te ne plus penser à mon ancienne vie. Mais ça ne c'est pas déroulé comme ça le devait. Je n'ai pas été à beaucoup de mariages, mais normalement tout le monde est heureux, tout ce dont j'avais besoin de voir en fait. Mais non, les consentements n'avaient même pas eu le temps d'être dit entièrement, qu'un coup de feu et le frère d'Ariel se faisait tuer juste devant mes yeux. En réflèee je m'étais baissé tétaniser sur place. Non pas ici, pourquoi est-ce que j'avais l'impression que je vivrais toujours avec des coups de feu autour de moi. J'avais laissé Ariel, elle venait de perdre son frère et je n'osais pas lui parler par peur de dire quelque chose de mal. J'allais me poser sur la terrasse , lunette de soleil sur le nez en attendant qu'elle rentre. Je lui avais laissé du temps mais j'avais ce besoin de lui parler , afin de voir comment elle allait surtout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ariel S. Caldwell-Jones
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

hhhhh
► Mon pseudo : uptown girl
► Mes messages : 40
► Mon collier d'hibiscus : 2379
► Ma date d'inscription : 23/06/2018
► Mon métier : Chef d'une unité spéciale et ex-agent de la CIA.
◀ Please won't you help me ►The flames are reaching my body
◀ Please won't you help me ►
The flames are reaching my body
le petit mot doux de Ariel S. Caldwell-Jones qui boit son thé le Sam 4 Aoû - 0:16 ► réponds-lui !


Moana & Ariel - Confidence pour confidence On parle souvent des étapes après un deuil. Moroses. Longues. A laquelle étais-je ? Je n’en sais rien. Je n’avais jamais réellement perdue. Pas vraiment. Peut-être quand j’étais petite mais cela n’est jamais pareil. On a mal par ce qu’on se demande pourquoi ils sont montés au ciel mais maintenant ? On n’a plus la même vision. Pas dans cette situation ou cela déclenche une douce colère. J’étais en colère mais je me refusais de l’exposer. Je voulais résoudre cette affaire. A peine le dos tourné. Elle était partie. La fiancée. Je devais remettre les doigts sur elle. Papa et moi, nous bossions pour trouver une solution. J’avais tous les feux verts. Je cherchais des membres de mon unité. Une longue et fastidieuse recherche. Planquée dans ma chambre comme tous les matins, je m’occupais des 25 tableaux. Ma maison ressemblait à une maison témoin. Ces endroits sans cœurs et sans âmes. Pas de photos. Pas de décorations. Encore moins… de moi. Je n’avais plus eue une maison qui ne soit pas déguisée par la CIA depuis… et bien jamais. Je n’avais jamais eue un chez-moi. Ma dernière chambre à mon nom était l’une de l’université d’Harvard. Pathétique ? Pas vraiment. J’avais surtout travaillée, travaillée encore et encore. Je ne savais même pas quel était le gout de l’amour. Attention, je ne parle pas du sexe mais de l’amour. Le cœur qui bat et toutes ces choses… à laquelle je ne croyais même plus. Je ne les cherchais pas. Actuellement, je n’avais pas le temps. Je posais mes punaises. Déplaçant alors quelques articles du journal. Des pistes ? J’en avais peu. Je tentais de résoudre le puzzle face à moi. Seule. Cette enquête n’était pas pour une seule personne. Je le savais. Je soupirais doucement. Il fallait que je retourne sur les lieux du meurtre. Il était encore protégé par la police. L’enquête leur appartenait encore au moment même. Je savais que je n’irais pas bien loin. Cette île était ma maison. Je la connaissais comme ma poche mais les autres ne me connaissaient plus vraiment. Du moins pas dans le système policier. Les gens connaissaient mon nom. La fille du gouverneur. Bien entendu qu’ils connaissent mon nom. Ma poche se mettait alors à vibrer. Mon téléphone sonnait mais n’émettait pas de son. J’allais le chercher pour décrocher. Un de mes contacts avait une piste. Ma belle-sœur comme l’on pourrait l’appeler avait été repérée pour la sixième fois. Parfois ce n’était qu’une fausse piste. Enfin… peut-être. Je n’en savais rien. Je sortais alors de ma chambre en allant vers la direction de la terrasse. Je l’avais vue y aller par ma fenêtre. Encore au téléphone. « Merci Lee, je vais aller voir. Prends soin de toi. », je raccrochais alors le téléphone aussitôt. « Hey… ça te tente de m’aider à faire le tri ? », demandais-je alors toujours aussi… comment dire ? Comme si rien ne s’était passé. Enfin si mais non. J’agissais comme si demain… Kyle allait venir m’apporter un café et me proposer un scrabble. Impossible. Kyle était mort sous mes yeux. « Pourquoi la fiancé a-t-elle ressentie le besoin de partir à ton avis… qu’est-ce qu’elle fuit ? J’ai beau chercher des informations sur elle, elle est comme un fantôme… comme si elle n’avait jamais existé. Elle n’a aucuns papiers. Aurais-je manquée quelque chose en fouillant son appart ? », lui demandais-je sans vraiment tourner autour du pots. J’étais obsédée par cette enquête. On demande toujours aux gens de ne pas prendre des enquêtes dans lesquels nos proches sont impliqués pour une bonne raison mais je ne voulais rien entendre. J’avais besoin de savoir, tout simplement. Je prenais une profonde inspiration. « Je suis désolée, tu n’as sûrement pas envie d’être mêlé à tout ça mais je vais devenir folle autant qu’il est pratiquement impossible pour moi de trouver des partenaires en lesquels j’ai confiance… c’est peut-être pour cela que c’est le néant dans ma vie sentimentale mais passons… », je riais nerveusement en disant ces mots. J'avais peut-être besoin de prendre du recul ? Évacuer avant de vraiment m'y plonger. Je ne le voulais pas.


#challengerp

_________________
cause i won't let you down.When I was younger, i told my mother « I say, one day I'm gonna make you proud ! » Now that I'm older , it's so much harder to say those words out loud. You're growing taller a little smarter and one day you're gonna leave home. Oh, will you look like your mother's father. Oh, when you are fully grown ? When I was younger, I asked my father « Why are we so human? » Now that I'm older , ithink I figured it out… We're just doing what we can !
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Fin de l'association UDE/Ankama pour Wakfu TCG
» CaC pour bi-élément feu/terre
» xp pour panda air
» Pano pvp pour un panda air tutufié lvl 165
» help pour mon stuff panda multi 110