...
 
Un départ inattendu [F. Angel]

Partagez | .
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Eden S. Hunt
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mon pseudo : DacinaMoe
► Mes messages : 46
► Mon collier d'hibiscus : 1782
► Ma date d'inscription : 31/07/2018
► Mon métier : Pompier
le petit mot doux de Eden S. Hunt qui boit son thé le Mar 31 Juil - 18:05 ► réponds-lui !

J’en peux plus, cela fait deux mois qu’elle a encore rompu avec moi. Elle se trimballe dans l’appartement comme ci de rien était. Plus je vieillis plus je n’ai plus envie à ses petits jeux à la con qu’elle me fait. Y a pas qu’elle qui compte dans la vie, il y a moi aussi et on fait toujours tout pour elle et rien pour moi. Cette fois ci, je ne sais même pas ce qui a enclenché cette rupture entre nous, j’étais parfait avec elle, amoureux, attentionné et très aimant, peut-être un peu trop à son gout. Mais là, ça en est assez, j’en peux plus de toute cette pagaille entre nous. Elle a beau être capricieuse, elle en a jamais assez…

Alors, aujourd’hui c’est décidé, je pars après deux mois de dure vie dans le même appartement sans avoir le droit de se toucher. J’étais dans la chambre d’amis, évidemment, c’est elle qui a gardé la chambre pour elle, j’ai donc pris les peu vêtements que j’avais dans cette chambre et les, mets dans un sac en plastique. La première fois c’était moins dur, parce qu’on ne vivait pas ensemble, mais là c’est insupportable, tous les deux dans le même endroit. Je dois d’abord l’avertir de mon départ, je suis pas ingrat à ce point. Je la trouve à la cuisine, j’aurais eu besoin d’un café moi aussi, mais je ne peux pas là. Angel… je pars, je crois que c’est mieux pour nous deux… surtout pour moi, je suis désolé. Je soupire.

_________________

Il est ou le bonheur ?

J'ai fais l'amour, j'ai fait la manche. J'attendais d'être heureux. J'ai fait le con c'est vrai, j'ai fait la fête, je croyais être heureux. Un dimanche au soir dans la flotte, comme un con dans son bain, mais essayant de le noyer comme il flotte, ce pu**n de chagrin... Il est où le bonheur? 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Angel J. Kennedy
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mes messages : 64
► Mon collier d'hibiscus : 1981
► Ma date d'inscription : 31/07/2018
► Mon métier : institutrice en maternelle
le petit mot doux de Angel J. Kennedy qui boit son thé le Mar 31 Juil - 18:34 ► réponds-lui !

Angel avait décidé de rompre pour une brouille, elle avait envie de se marier avec Eden. Elle savait que c’était l’homme de sa vie malgré tout. Elle avait surtout peur de le perdre sans qu’elle ne puisse pas porter son nom et son enfant. Elle était tellement têtue, mais en réalité elle avait peur « d’être indésirable » pour lui. Elle avait été plusieurs fois rejeté par sa propre famille, elle se sentait honteuse de cette décision. Elle avait eu envie de nombreuses fois revenir sur sa décision, mais il avait toujours été appelé pour une intervention. Elle acceptait son métier, mais elle avait peur de le perdre comme y a dix ans. Elle avait été là quand il avait eu cet accident puis elle ne l’avait pas été près de lui au moment de son transfert à l’hôpital. Cela l’avait profondément marqué pour toujours. Angie avait été là quand il avait été hospitalisé, mais personne de la caserne, ne l’avait considéré comme sa femme.

Deux mois qu’elle faisait chambre à part, elle s’en voulait tellement. Elle n’avait plus le même sommeil et elle avait perdu l’appétit. Elle n’avait plus ses règles, mais elle en avait l’habitude à cause de la pilule qu’elle prenait. Mais elle avait un sérieux doute, car elle ne sentait pas comme avant. Elle était nauséeuse au contact de certaines odeurs. Elle était en train de cuisiner, elle était en train de penser à lui et à elle au temps du bonheur. Des larmes coulaient le long de ses joues, elle avait envie de retomber dans ses bras. Elle savait que leur amour buvait la tasse, mais elle voulait tout faire pour recoller les morceaux. Elle se retourna, il allait la quitter définitivement. Elle ne voulait pas de ça et elle se mit en face de lui et elle secoua la tête : « Non, tu ne peux pas et surtout, je ne veux pas Eden. Ne me laisse pas s’il te plaît… Eden, je t’en supplie… Je ne vais pas réussir à vivre sans toi… On a déjà eu des crises toi et moi… Mon amour… ». Elle sentait que tout son monde était en train de s’effondrer à cause d’une envie de mariage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden S. Hunt
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mon pseudo : DacinaMoe
► Mes messages : 46
► Mon collier d'hibiscus : 1782
► Ma date d'inscription : 31/07/2018
► Mon métier : Pompier
le petit mot doux de Eden S. Hunt qui boit son thé le Mar 31 Juil - 18:54 ► réponds-lui !


La voilà qu’elle me lance un « mon amour » Elle ose dire cela, alors que c’est elle qui a rompu, encore une fois avec moi et elle ose me dire que ce n’est pas la première fois. Comme ci pour elle, l’amour c’était ça. Break par dessus break, non ce n’est pas ça et j’en ai marre. J’en ai marre de tes crise de capricieuse, je ne sais même pas ce que tu attends de moi, alors que… je suis parfait avec toi. Je me demande ce que j’ai encore fait de mal quoi. Je pars un point c’est tout . Je m’étais juré que si tu recommençais tes enfantillages de capricieuse que je ne te laisserai pas une dernière chance, c’est insuportable.

Je quitte la cuisine et je vais chercher mon portable dans la chambre d'amis. Je serai à la caserne si tu me cherches. On reste quand même amis comme dans le passé. J'avais parler de la chambre, sachant qu’elle m’entendait. J’espère que tu te trouveras quelqu’un de bien Angie, mieux que moi. Je refais ma vie maintenant, je passe à autre chose, j’en ai marre, t’as compris?Je l'avais appelé ainsi que très rarement pendant notre relation. Je ferme la porte de la chambre et je me dirige à la sortie de l’appartement qui donnait sur la plage. D’ailleurs j’ai toujours détester habiter ici, l’eau me terrifie, je l’ai fait pour elle, parce qu’elle adorait cet endroit pour vivre, j’ai tout fait pour elle et c’est comme ça qu’elle me remercie.

_________________

Il est ou le bonheur ?

J'ai fais l'amour, j'ai fait la manche. J'attendais d'être heureux. J'ai fait le con c'est vrai, j'ai fait la fête, je croyais être heureux. Un dimanche au soir dans la flotte, comme un con dans son bain, mais essayant de le noyer comme il flotte, ce pu**n de chagrin... Il est où le bonheur? 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Angel J. Kennedy
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mes messages : 64
► Mon collier d'hibiscus : 1981
► Ma date d'inscription : 31/07/2018
► Mon métier : institutrice en maternelle
le petit mot doux de Angel J. Kennedy qui boit son thé le Mar 31 Juil - 19:23 ► réponds-lui !

Angie s’en voulait tellement tout ça, car il lui refusait le mariage. Et elle le savait qu’elle avait été capricieuse pour ce point-là. Elle avait honte d’elle, pour une chose qui pouvait paraître pour Eden un « bout de papier ». Mais pour elle s’était tellement autre chose, c’était pour elle un moyen de ne plus être « l’indésirable ». Elle était la seule dans sa famille a ne pas être mariée et de ne pas avoir fonder une famille. Elle se demandait comment il allait lui pardonner son caprice, elle sentait complètement fragilisée. Elle allait être seule dans l’appartement, elle n’était pas vraiment toute seule comme Nala vivait ici. Angel regardait son bracelet et elle se mit à pleurer de toute manière, elle devait désormais vivre seule. Impossible, ils avaient vécu tellement de choses ensemble. Les paroles d’Eden étaient lourdes de conséquences dans sa vie qui allait être vraiment différente sans lui. Il allait donc vivre à la caserne, cet endroit qu’elle ne voulait pas aller pendant les différentes portes ouvertes, comme il y avait du feu de partout. Eden ne connaissait pas sa phobie du feu et encore moins la raison principale.

Elle avait peur à cause de la mort de sa mère, elle avait caché ça par honte. Elle avait envie de le retenir. Elle était comme figée à cause de la crise de larmes qui la bloquait, elle savait qu’il n’allait pas lui pardonner comme ça. Eden voulait qu’ils restent amis, mais elle ne voulait pas de son amitié, elle désirait encore son amour. Ce sentiment dont ils ressentaient l’un pour l’autre depuis tellement d’années. Elle s’avança vers la chambre d’amis, elle caressait la porte. Elle avait envie de rentrer et l’embrasser comme avant. Elle rentra dans la chambre sans un bruit, elle l’écoutait avec attention, mais elle ne voulait pas trouver quelqu’un d’autre que lui. Elle soupira et elle lui répondit avec calme : « Non je ne veux personne d’autre que toi. Tu le sais parfaitement et je n’ai pas fait de caprices. Je t’ai demandé une seule et unique chose et tu me le refuses depuis tout ce temps qu’on est ensemble. Je sais que pour toi, cela ne signifie rien, mais pour moi ça veut dire beaucoup… ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden S. Hunt
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mon pseudo : DacinaMoe
► Mes messages : 46
► Mon collier d'hibiscus : 1782
► Ma date d'inscription : 31/07/2018
► Mon métier : Pompier
le petit mot doux de Eden S. Hunt qui boit son thé le Mer 1 Aoû - 12:51 ► réponds-lui !


Je sais ce qu’elle attend de moi, mais je peux pas, c’est contre mes valeurs, j’ai fais tellement de choses pour elle. Je lui ai tout donner. Tout mon amour lui a appartenu, toute ma vie, tous mes moments libres. Elle ne venait jamais a aucune des fêtes à la caserne, j’étais le seul pompier à y être seul et sans sa femme. Même si nous ne sommes pas mariés, je l’ai toujours considéré comme ma femme. Elle n’a jamais rien fait pour moi. Même pas me donner un enfant, voire deux, depuis le temps. Elle a toujours pris la pilule, pourquoi ? Nous étions un couple amoureux fou, prêt à tout, en tout cas moi je l’étais, même d’avoir un enfant sans qu’on le décide. Cela dur trop longtemps et j’en ai marre de ses caprices à la con et qu’elle décide qu’elle et moi, ça fonctionne plus, ça dur deux mois, j’en peux plus. Je préfère me trouver une femme qui voudra des tas d’enfants avec moi et qui pour elle, le mariage n’est pas important dans un couple. Elle n’a rien de ça Angel. C’est la seule chose que je ne peux pas lui donner, un mariage. Et elle, elle n’a jamais rien fait pour moi.

Je la regarde d’un long soupire agaçant pour elle et je ris à gorge déployer, ses paroles me semblaient fausses. Elle dit ne vouloir que moi? Ouah, ça c’est le comble! Pourquoi alors elle me fait ça? C’est trop tard, c’est fini. Encore une fois, elle m’oblige à ça, à l’épouser, c’Est la seule chose que je ne pourrai jamais lui donner et elle en a pas assez. J’en ai marre de ses caprices. Y a que ta petite personne qui compte pour toi Angel, maintenant je le sais. Tu connais mon avis sur le mariage, pourquoi tu t’acharnes à m’y obligé? Je n’ai pas besoin de ça dans la vie pour être aimé et aimé. Pourquoi je dois encore tout faire pour toi et toi rien pour moi. Tu obtiens pas ce que tu désirs, tu nous fait faire un break pour me donner une leçon. Pourquoi tu n’es jamais là pour moi? POURQUOI??? Tu n’es jamais venue à aucune des fêtes de la caserne, ni aucune porte ouvert, je me suis toujours retrouver seul. Tu n’as jamais été là pour moi à me supporter dans mon métier, la seule fois où tu as pensé à moi, c’était il y a 10 ans. J’ai survécu, je ne suis pas mort et depuis, je suis hyper prudent. Pourquoi toi tu aurais le droit de prendre un Break de moi et moi pas? Pourquoi tu m’empêches de vivre ma vie comme je le voudrais? Si j’avais su que tu ne voulais pas d’enfant, que tu n’aimais pas mon métier, je ne serais pas tombé amoureux de toi… tu prends la pilule, c’est con, alors qu’on… que je croyais qu’on était fait pour être ensemble… Laisse-moi partir, je veux pas te voir avant un moment, compris? Nous avons cet appartement trop immense pour nous, une chambre d’amis, deux chambres à débarras qui n’ont jamais servis finalement pour une nurserie et une chambre d’enfant.

Je la pousse d’un coup d’épaule pour passer et sortir de ce foutu bloc appartement et m’en aller loin d’elle. La sachant qu’elle n’a jamais voulu venir à la caserne, j’aurai la paix comme ça. Je lui ai tout donner merde, ou presque, je lui refuse qu’une seule chose et elle romp, là c’est une vrai rupture, pas de seconde chance.


_________________

Il est ou le bonheur ?

J'ai fais l'amour, j'ai fait la manche. J'attendais d'être heureux. J'ai fait le con c'est vrai, j'ai fait la fête, je croyais être heureux. Un dimanche au soir dans la flotte, comme un con dans son bain, mais essayant de le noyer comme il flotte, ce pu**n de chagrin... Il est où le bonheur? 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Angel J. Kennedy
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mes messages : 64
► Mon collier d'hibiscus : 1981
► Ma date d'inscription : 31/07/2018
► Mon métier : institutrice en maternelle
le petit mot doux de Angel J. Kennedy qui boit son thé le Mer 1 Aoû - 14:01 ► réponds-lui !

Angel écoutait ses paroles qui étaient comme des coups de couteau en plein cœur. Les raisons pour lesquelles, elle n’allait pas à ses portes ouvertes ou autres fêtes à la caserne étaient réellement justifiées. Elle n’arrivait pas à lui expliquer, c’était compliqué à l’expliquer après 20 ans de peur incontrôlée. Elle allait être seule face à la nuit, seule dans cet appartement qu’elle avait choisi pour fonder leur famille. Mais elle ne prenait plus la pilule depuis six mois, mais elle l’avait prise longtemps, c’est vrai. Pourtant, elle en avait envie d’être enceinte de lui, car elle l’aimait plus que tout au monde. Elle avait envie de faire un break, car elle n’avait pas peur devenir comme sa mère. Sa mère était un sujet tabou chez elle, elle n’avait jamais parlé d’elle à son amoureux. Comment expliquer à l’homme de sa vie qu’elle avait vu sa mère prendre le feu devant elle. C’est pour ça que la première fois, elle l’avait quitté. Elle avait mis un long moment de se remettre de ce lourd traumatisme, elle se sentait honteuse. Elle avait surtout peur de devenir aussi folle que cette femme qui avait été sa mère. Elle n’avait même pas de souvenirs avec elle. Elle continuait de pleurer en silence, elle encaissait pour une fois. Elle lui avait toujours coupé la parole pendant les disputes, mais là elle le laissait vider son sac. Il devait en avoir besoin depuis le temps, elle n’arrivait pas à dire quelque chose. Il avait raison, pourquoi elle avait pris la pilule depuis le début. Elle ne voulait pas que ses enfants subissent ce qu’elle a souffert étant enfant.

Il remit le sujet de son accident, le jour où elle a failli le perdre définitivement. Elle avait été tellement malheureuse. La route avait été longue quand il n’était pas là à ses côtés. Pendant des semaines, elle avait fait des cauchemars sur cet accident terrible. Il lui avait donné un coup d’épaule comme si elle n’était plus rien pour lui. Il fuyait pour la première fois, il lui disait des choses qu’elle aurait préféré ne jamais entendre de la part de l’homme qu’elle aimait plus que tout au monde. Elle le suivait pour essayer de lui dire ce qu’elle avait sur le cœur pour une fois. Elle le poussa de toutes ses forces sur une chaise qui n’était pas loin. Elle essayait de reprendre sa respiration et enfin lui expliquer tout ce qui se passait dans sa tête depuis tellement de temps : « Écoutes, je sais que tu as toujours voulu des enfants avec moi. J’en ai envie plus que tout, c’est juste que je ne veux pas être comme mes parents. Et encore moins comme ma mère qui était une folle alliée. Tout le monde sait que quand j’étais un bébé, elle était heureuse de m’avoir et quand j’ai grandi, elle était complètement différente. Pour les portes ouvertes et pour les fêtes, ce n’est pas contre toi. C’est contre toutes les attractions autour du feu… C’est plus fort que moi, je ne peux pas le voir en face… Je n’ai pas envie de te perdre pour une stupide peur du feu… Oui, t’as raison, je suis une fille à papa capricieuse, prétentieuse et tous les défauts comme tu m’avais décrit la première fois que tu m’as rencontré. De toute manière, je n’aime personne, tu le sais bien comme tu pars. Car je n’ose pas te dire tout ce que je ressens au fond de moi … Pour toi j’ai toujours été indésirable même par toi en ce moment … Tu me détestes, car je ne suis jamais allée à la caserne, tu n’as même jamais essayé de comprendre pourquoi je n’y allais jamais… Si ça t’amuse de croire que j’ai honte de toi… Crois-le de toute manière, c’est depuis ton accident qu’on a recommencé à s’éloigner toi et moi… Et pour tes collègues, je n’ai jamais été ta femme… ». Elle était en train de se faire du mal, car elle savait qu’elle l’avait déjà perdu. Elle n’avait pas envie d’en dire plus surtout au sujet de la mort de sa mère, elle se sentait tellement coupable et honteuse. Elle retourna dans la cuisine où elle avait fait cuire le gâteau préféré d’Eden. Elle se mit à hurler, car le four était en prendre feu : « EDEEEEEEEEEEEEEEEEN, y a le feu. Y a le feu dans la cuisine. Bordel y a le feu !!! ». Elle était complètement paniquée et les souvenirs de sa mère lui revenaient en mémoire. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden S. Hunt
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mon pseudo : DacinaMoe
► Mes messages : 46
► Mon collier d'hibiscus : 1782
► Ma date d'inscription : 31/07/2018
► Mon métier : Pompier
le petit mot doux de Eden S. Hunt qui boit son thé le Mer 1 Aoû - 15:10 ► réponds-lui !

Elle me poussa sur une chaise, ce qui me mit encore plus en colère contre elle. J’en avais marre d’elle et c’est maintenant que je devais agir sur notre relation incongrue. Je laisse mon dos bien coller à la chaise, la regardant, l’écoutant à son tour me mettre sur le dos tout le mal que je lui ai fait. Je soupire, sans bouger d’où je suis. Alors que tout est de sa faute, elle n’a jamais voulu me parler d’elle, de sa mère, malgré toutes les questions que je lui ai posée. J’étais en colère contre elle. Tu oses me dire ça… Tu es ignoble Angel, méchante avec moi! Comment peux tu dire que tu es indésirable à mes yeux? Tu brises mon cœur en mille morceaux… merde, on faisait l’amour presque tous les soirs, même pendant ces soirs où j’étais brulé par le boulot, alors que j’avais hâte de te retrouver dans le lit et de t’aimer… Comment oses-tu dire que je ne te désirais pas…. C’est toi qui ne m’aime pas au final, si non tu ne me fuirais pas parce que je ne suis pas celui que tu veux que je sois. Et puis… tu n’as jamais voulu me dire pourquoi tu refusais ces soirées à la caserne avec moi, je n’ai donc jamais insisté. Tout ça est de ta faute! Je ne suis peut-être pas ton mari, mais j’aurais du être celui en qui tu as le plus confiance…. Tu me refuses une famille parce que tu as peur de toi-même, sans penser que j’aurais toujours été la pour te supporter, peu importe tes peurs. Y a que toi qui compte dans ta petite tête, ce que moi je veux, ça t’es peu important. Si tu m’avais dit tout ça il y a longtemps, on en serait sans doute pas là. Dommage que je sois un pompier hein, je suis pas fait pour toi, voilà pourquoi tu me fuis, c’est dommage, tu dois être contente que je me décide enfin à faire ce que tu attends de moi depuis tout ce temps… te fuir à mon tour. On est pas fait pour être ensemble. Mais là voilà déjà partie à la cuisine. Elle aimait beaucoup m’ignorer, tant pis pour elle, de toute façon c’est déjà fini, je l’ai compris. Elle adore m’ignorer quand je parle et maintenant que je sais qu’elle a peur du feu, ça me blesse encore plus, elle a garder secret cette peur alors que j’ai ce métier qui combat le feu, elle aurait dû le voir autrement, parce que justement, je combat sa peur. Je sursaute en l’entendant gueuler à la cuisine. Je lève les yeux au ciel et avec aucune peur, j’arrive, prends l’instincteur de feu et j’éteins le tout, juste à temps et pose la bonbonne sur la table. Bonne chance maintenant. Je quitte l’appartement.

_________________

Il est ou le bonheur ?

J'ai fais l'amour, j'ai fait la manche. J'attendais d'être heureux. J'ai fait le con c'est vrai, j'ai fait la fête, je croyais être heureux. Un dimanche au soir dans la flotte, comme un con dans son bain, mais essayant de le noyer comme il flotte, ce pu**n de chagrin... Il est où le bonheur? 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Angel J. Kennedy
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mes messages : 64
► Mon collier d'hibiscus : 1981
► Ma date d'inscription : 31/07/2018
► Mon métier : institutrice en maternelle
le petit mot doux de Angel J. Kennedy qui boit son thé le Mer 1 Aoû - 15:59 ► réponds-lui !

Angel ne savait comment lui dire qu’elle n’arrivait pas à tomber enceinte de lui. Elle était mal depuis ces six mois qui s’étaient écoulés. Elle enviait toutes ces femmes qui affichaient un ventre rond, elle voulait connaître cette joie au moins une fois dans sa vie. Son horloge biologique tournait, dans cinq ans, c’était trop tard. Sa mère l’avait eu à trente-neuf ans, elle avait honte d’elle de ne pas être fertile. Des amies à elle avaient déjà au moins un enfant, elle n’allait peut-être ça par égoïsme, elle avait envie de lui dire la vérité. Elle passa une main dans ses cheveux, elle était tellement nerveuse en présence du feu. Elle regardait l’homme qu’elle aimait faire son métier, elle n’avait pas honte de son métier au contraire. Elle était fière de lui, elle avait peur de lui dire tout ce qu’elle avait vécu. Elle regarda partir de l’appartement sans même un dernier ne baiser ni même un dernier geste tendre en souvenir du passé. Elle le voyait quitter l’appartement, elle lui courut après en le retirant par le bras : « Restes encore un peu s’il te plaît… Je crois qu’on doit parler tous les deux… Tu ne pas peux partir comme ça… ». Elle se sentait stressée de tout lui dire comme ça, le jour où ils allaient se quitter. Elle sentait les larmes qui coulaient le long de ses joues, Angie devait enfin extérioriser toutes ses peurs qui lui avaient gâché sa vie de couple pendant toutes ces années. Elle soupira, mais comment lui dire tout ça. C’était compliqué, mais elle le devait pour ne plus avoir ces fardeaux sur sa conscience. Même quand ils étaient tous les deux en foyer, elle était secrète sur sa famille, elle ne lui avait pas parlé de ses années en pensionnat. De sa relation avec conflictuelle avec son père avait eu un impact sur sa vie actuelle. Comment commencer, elle respira et elle lui dit : « J’ai arrêté la pilule y a six mois de ça et je ne suis pas arrivée à tomber enceinte… C’est pour ça que je te jette, car tu mérites une femme qui te donne un enfant… Je sais que j’aurais dû arrêter avant, mais je pensais à mes concours qui me prenaient du temps et puis j’ai eu peur quand tu as eu ton accident… Je t’aime depuis le premier jour qu’on s’est rencontrés… J’ai peur de te perdre définitivement, Eden, je t’ai dans la peau… Jamais je pourrais te voir avec une autre femme et jamais je pourrais avoir un autre homme dans ma vie… Puis je ne veux pas reproduire le même schéma que ma mère … C’est à cause d’elle que j’ai cette stupide peur du feu… Je ne sais pas comment t’expliquer ça… C’est compliqué pour moi de parler de ça… Je sais que tu me jugeras jamais… Mais je sais que tout ça, c’est de la faute de moi et mon fichu caractère à vouloir tout cacher… Laisses moi le temps de t’expliquer s’il te plaît… Si tu as encore une once de sentiment pour moi… Écoutes-moi et aide-moi à tout te dire parce que je t’aime… Je t’aime d’un amour sincère et pur… ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden S. Hunt
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mon pseudo : DacinaMoe
► Mes messages : 46
► Mon collier d'hibiscus : 1782
► Ma date d'inscription : 31/07/2018
► Mon métier : Pompier
le petit mot doux de Eden S. Hunt qui boit son thé le Mer 1 Aoû - 17:49 ► réponds-lui !


Non mais elle n’avait pas compris qu’il était trop tard? Même si je l’écoutais, ça ne changera rien au faite qu’elle adore faire ses caprices et me larguer comme bon lui semble. Je tire sur mon bras pour qu’elle me lâche. Même si je dirais non, tu t’expliquerais quand même à quoi bon me le demander? Et comme prévu elle poursuit. Je l’écoute avec regret, je soupire et croise les bras sur moi. Normal que t’es pas arrivé à tomber enceinte, tu as pris la pilule toute ta vie, tu ne voulais pas d’enfant avec moi, ça va pas se faire en six mois tu sais, ça peut maintenant prendre du temps, pas de bol, il est trop tard pour fonder une famille maintenant. Tu as fait tes choix, assumes-les maintenant ! Et puis, parfait, si tu aimes me jeter pour que j’aille dans les bras d’une autre. Je vais m’en trouver une qui m’aimera et qui n’aura pas besoin d’un mariage pour m’aimer et qui… ne se sentira pas indésiré par moi… comme tu crois que je te désir pas. Si tu m’avais dans la peau, tu ne me ferais pas tout ce mal. Tu ne me jetterais pas et tu accepterais mes choix, mes envies et le boulot que j’ai. Tu devrais être heureuse d’avoir un pompier dans ta vie… tu ne serais jamais morte par le feu avec moi, parce que je combat le feu… Les accidents sont normaux dans mon métier et moi je suis fort, ne l’oublie pas… Je suis prudent depuis ce jour et tu le sais parfaitement. Je m’avance vers la porte. En tout cas, tu ne sais pas m’aimer et si tu m’aimais de cet amour sincère et pur, tu ne me jetterais pas comme tu l’as toujours fait depuis 20 ans… Et malgré que je t’aime comme un fou, c’est non je ne veux pas t’écouter, c’est trop tard, après 20 ans tu te décides à le faire, juste parce que tu as peur de me perdre. Je t’avais averti, je ne te laissais pas une autre chance, pas de bol. Je ne veux rien savoir de ce que ta mère a fait pour que tu ais peur du feu, c’est certainement pas moi qui va t’enlever cette peur, parce que, avec le métier que j’ai t’aurais déjà cessé cette peur, j’aurais du être ta thérapie face à cela… il est trop tard pour changer d’avis Angel et tu le sais. Tu m’as pris pour ton « sac de sable » ta façon de te défouler en me mettant tout sur le dos. Je veux pas t’épouser, tu romps, Je suis pompier tu viens pas à la caserne. Tu prends la pilule pour m’empêcher d’avoir une famille… oh et puis, c’est peut être aussi parce que tu as pas envie de voir ton gamin suivre les traces de son père, qui sait! Je recule de quelques pas dans le but de partir. Et ne t’avise pas de me parler de ta mère, ça ne changera rien à ma décision.


_________________

Il est ou le bonheur ?

J'ai fais l'amour, j'ai fait la manche. J'attendais d'être heureux. J'ai fait le con c'est vrai, j'ai fait la fête, je croyais être heureux. Un dimanche au soir dans la flotte, comme un con dans son bain, mais essayant de le noyer comme il flotte, ce pu**n de chagrin... Il est où le bonheur? 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Angel J. Kennedy
You light my morning sky with burning love
Voir le profil de l'utilisateur

► Mes messages : 64
► Mon collier d'hibiscus : 1981
► Ma date d'inscription : 31/07/2018
► Mon métier : institutrice en maternelle
le petit mot doux de Angel J. Kennedy qui boit son thé le Mer 1 Aoû - 19:31 ► réponds-lui !

Angel n’avait pas envie de lâcher l’affaire, elle savait qu’il avait toujours des sentiments pour elle. Si ce n’était pas le cas, il serait parti depuis longtemps durant ces deux longs mois. Elle se demandait pourquoi il partait aujourd’hui. La jeune femme était aussi têtue que le jeune homme, elle voulait lui faire entendre raison. C’est vrai qu’elle était prête à n’importe quoi pour l’homme qu’elle aimait. Elle savait qu’il avait besoin de prendre du temps pour réfléchir encore un peu et peut-être qu’il allait comprendre qu’elle s’en voulait. Angie était malheureuse de tout ce qui se passait, elle avait bien compris qu’il ne voulait pas se marier. Elle était en manque de l’homme qu’elle aimait, tous les jours quand elle était seule dans leur appartement, elle pleurait toutes les nuits en silence. Elle s’en voulait d’avoir été égoïste, mais aussi d’avoir été si secrète sur toutes les choses qu’elle avait au plus profond d’elle. Elle regardait qui faisait battre son cœur depuis près de quinze ans. Elle pensait que souffrir, c’était pour les faibles. Elle caressa la joue de son homme sachant qu’il allait surement la refouler et lui dit : « Ce que je veux, c’est que tu sois là, mais ça me fait mal de savoir qu’il est trop tard … Pour fonder une famille avec toi … Profiter de tout ce que j’aurais pu faire avec toi, te dire tout ce que j’ai sur le cœur. ». Il n’avait jamais été aussi méchant avec elle. Elle l’aimait tellement que sa méchanceté lui brisait le cœur. Des larmes coulaient le long de son visage. Elle n’avait tellement marre qu’il soit comme ça avec elle. Elle se mit à soupirer et elle lui lâcha : « Même si tu crois le contraire, je t’aime depuis le début, mais comprends que j’avais aussi besoin d’un travail … Je ne voulais pas profiter de l’argent de mon père … Puis j’aurais dû stopper la pilule plus tôt je culpabilise, mais je pense que tu ne comprends pas ce que je ressens là maintenant. Je sais que sans toi ça va être dur. Dur ne pas t’entendre la nuit quand tu rentres de garde, mais le plus dur c’est de ne pas sentir ta présence contre moi toutes les nuits. Je sais que c’est moi qui est voulu cette situation, mais je n’arrive pas à vivre sans toi. L’amour est plus fort que tout. J’accepterais ta décision quoi qu'il arrive, tu le sais … Tu comptes tellement à mes yeux si tu savais comme je tiens à toi mon Amour. ». Elle n’arrivait pas à calmer ses larmes, elle se doutait qu’il était surement trop tard. Elle jouait le tout pour le tout. Elle n’avait pas envie de le voir partir, elle avait envie d’avoir une réelle discussion sans sous-entendus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
You light my morning sky with burning love
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui boit son thé le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Départ pour la Finlande!
» [Résolu] Platinum Angel + Abyssal Persecutor
» Entraînement au départ triathlon...
» Free Angel RFID
» Angel-warrior (Feca lv104-105)